Le meurtre de Marie-Thérèse Bonfanti n’est pas prescrit

Rédigé le 24/01/2023

Soulagement pour la famille de la victime.

Yves Chatain sera bien jugé pour le meurtre de Marie-Thérèse Bonfanti en 1986 à Pontcharra. La chambre d’instruction de la cour d’appel de Grenoble a rendu son arrêt ce matin, mardi 24 janvier, estimant que le meurtre de la jeune mère de famille de 25 ans n’est pas prescrit. Le dossier est donc maintenant renvoyé devant le juge d'instruction.

Les avocats d’Yves Chatain avaient déposé un mémoire demandant que les faits soient qualifiés de prescrits. Le meurtre de la jeune femme remonte en effet à plus de 36 ans maintenant, mais la chambre d’instruction n’a pas suivi leur demande après les aveux de leur client.

Un cold case sur le devant de la scène depuis le printemps dernier

C’est un véritable coup de théâtre qui remonte au mois de mai 2022. Les enquêteurs avaient décidé de relancer les investigations sur la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti en mai 1986 à Pontcharra, en interrogeant notamment l’un des suspects de l’époque, Yves Chatain. Dans les années 80, les enquêteurs avaient d’importants soupçons sur lui, mais aucune preuve.

L’année dernière, l’homme âgé aujourd’hui de 56 ans, avait finalement reconnu avoir étranglé la jeune femme. Il a été mis en examen pour « enlèvement », « séquestration » et pour « meurtre » et placé en détention provisoire.

Grâce à ses aveux, les enquêteurs avaient pu retrouver le crâne de la victime, enterré dans un bois à La Buissière.

Par Thomas Bantchik